Logopédie

Définition :

La logopédie est une discipline paramédicale dont les professionnels dépistent, font le bilan, et traitent les troubles de la voix, de la parole, du langage, et de la communication orale et écrite.

Elle s’inscrit dans un travail d’équipe avec une visée PREVENTIVE ou REEDUCATIVE. Elle concerne tant les petits et les grands enfants que les adolescents et les adultes.

 

Rôle du logopède :

  • Les logopèdes travaillent en concertation avec le médecin généraliste, l’orl, le pédiatre, l’enseignant, l’orthodontiste, le psychologue… et sur base d’une prescription médicale établie par un médecin agréé en réadaptation.
  • Ils ne font pas de travail de « repêchage scolaire » mais peuvent être amenés à aider l’enfant par le biais d’un matériel scolaire.
  • Le logopède travaille, si possible, en collaboration avec l’enseignant de son patient. Il peut se rendre à l’école à la demande de celui-ci et des parents.
  • Il a besoin de la collaboration et de la confiance des parents et compte sur eux pour assurer un suivi à domicile afin d’espérer le transfert des mécanismes. Il va de soi qu’un suivi régulier est primordial.

 

Troubles et difficultés chez l’enfant pris en charge :

Le logopède, en fonction de ses compétences, peut prendre en charge les pathologies suivantes :

  1. Les troubles du langage oral chez l’enfant:
  • Les retards de langage: décalage dans l’élaboration du langage et la chronologie normale des acquisitions. Les symptômes sont un retard au niveau de l’apparition du langage, des difficultés au niveau de la syntaxe, du vocabulaire.

 

  • Les retards de parole: trouble qui touche l’organisation des sons dans les syllabes formant le mot ou dans le mot tout entier. l’enfant supprime des sons, les inverse, les omet, il a du mal à segmenter correctement. Le discours peut être inintelligible.

 

  • Les dysphasies: déficit spécifique du langage, caractérisé par des problèmes graves de la compréhension et/ou de l’expression du langage paré, en l’absence de perte auditive, de déficience mentale ou d’un trouble émotionnel (BENTON, 1964). Le diagnostic ne peut être posé qu’à partir de 6 ans, lorsque toute autre forme de difficulté de langage oral est éliminée. L’enfant doit cependant être aidé au plus vite par une rééducation adaptée (logopède spécialisée)

 

  1. Les troubles du langage écrit (dyslexie, dysorthographie):
  • Les dyslexies: troubles développementaux spécifiques de l’apprentissage de la lecture.
  • Les dysorthographies: Troubles de l’orthographe souvent associés aux dyslexies. Elles peuvent atteindre l’orthographe d’usage, l’orthographe grammaticale, ou les deux.

 

 

  1. Trouble du raisonnement logique et mathématique :

Les dyscalculies et troubles logico-mathématiques : Dysfonctionnements dans le domaine de la logique, de la construction du nombre, de l’installation et de la compréhension du système décimal. Ces dysfonctionnements provoquent des difficultés spécifiques en arithmétique, en géométrie et dans le domaine mathématique en général. La rééducation est longue, elle doit souvent intervenir à un niveau opératoire antérieur aux apprentissages scolaires pour permettre à l’enfant de reconstruire une pensée réversible, opératoire, lui permettant de changer de point de vue afin d’accéder aux premiers concepts. (C.Vanham)

 

 

Démarche à suivre pour l’introduction d’un dossier de demande d’intervention pour la logopédie à l’I.N.A.M.I.

Un bilan et des séances de logopédie peuvent être pris en charge par la mutuelle moyennant quelques démarches et critères.

  1. Prendre rendez-vous chez son ORL, pédiatre ou neuro-pédiatre afin de demander la prescription du bilan initial.
  2. S’il s’agit d’une demande pour le langage oral, faire réaliser, également, un audiogramme auprès de votre médecin ORL ainsi qu’un test QI auprès d’un neuropsychologue. (Ces documents ne sont pas nécessaires s’il s’agit d’une demande pour le langage écrit.);
  3. Prendre rendez-vous avec moi pour réaliser le bilan (5 séances maximum) ;
  4. Remise du bilan au médecin prescripteur qui jugera de la nécessité ou non de prescrire un traitement logopédique ;
  5. Remise des différents documents à remettre à votre mutuelle.

 

Comment obtenir un remboursement de votre mutuelle ?

Vous devez remettre les documents suivants :

  • La prescription du bilan initial ;
  • S’il s’agit d’une demande en langage oral, l’audiogramme et le test de QI ;
  • La prescription des séances de logopédie ;
  • Le bilan logopédique ;
  • Le formulaire de demande d’intervention dûment complété, daté et signé

 

ATTENTION : Ces documents doivent être remis dans les 60jours qui suivent le bilan.

NB : La période de couverture totale du traitement par la mutuelle est de deux ans calendrier mais une nouvelle demande doit être introduite après un an. Il faudra, donc, introduire une demande de prolongation.

 

 

 

Honoraires et montants d’intervention de l’assurance (À partir du 1er janvier 2014)

 

Si vous bénéficiez de l’intervention de l’assurance obligatoire :

VOUS PAYEZ Intervention de l’INAMI(sans régime préférentiel) Ticket modérateur Intervention de l’INAMI(avec régime préférentiel)[1] Ticket modérateur
Séance de bilan (par séance de 30min) 30,87€ 23,16€ 7,71€ 27,79€ 3,08€
Séance individuelle de 30min 22,05€ 16,54€ 5,51€ 19,85€ 2,20€
Bilan d’évolution (séance de 60min) 44,11€ 33,09€ 11,02€ 39,70€ 4,41€

 

Si vous ne bénéficiez pas de l’intervention de l’assurance obligatoire :

Dans ce cas, nous demanderons l’intervention de votre assurance complémentaire. Le montant d’intervention est propre à chaque mutuelle. Il faudra donc se renseigner.

  • Mutualité chrétienne : 10€ / séance avec un maximum de 150 séances. (Bilan et séances logopédiques)
  • Partenamut : 10€/ bilan et 5€/séance
  • Mutualité socialiste : 5€/séance

 

 

 

[1]attribuée, entre autres, aux veuves, veufs, invalides, pensionnés, orphelins et chômeurs complets âgés de 50 ans et plus (qui perçoivent des allocations depuis au moins un an) à faibles revenus, aux personnes handicapées bénéficiant d’allocations, aux bénéficiaires du revenu d’intégration, aux personnes qui ont le statut Omnio, ainsi que les personnes à charge de toutes ces catégories.